Dans votre Globe-trotters n°205
ISLANDE, 3000 km à pied en solitaire
avec Pierre-Antoine Guillotel (56)
Dans votre Globe-trotters n°205
Maroc, j'embrasse la liberté
avec Aurélia Tazi
Dans votre Globe-trotters n°205
Emmanuelle Troy, la Muraille et le Vent
Interview réalisée par Philippe Masse (76)

Parties de jeux autour du monde

Passionnés par les jeux de société, Sophie et Rémi ont créé un jeu expérimental et universel pour partager en chemin et découvrir les jeux du cru.

Une philosophie de voyage qui leur ouvre de nombreuses possibilités de rencontres et d’échanges, comme ici dans une famille de Oulan-Bator…


Jeudi 1er octobre, 17 h, nous rencontrons Begz pour la première fois. Nulle nécessité de nous présenter, il sait déjà tout de nous, du moins a-t’il retenu l’essentiel : notre âge, notre itinéraire de voyage, notre projet et même nos professions. Il nous annonce la couleur : s’il a souhaité nous rencontrer, c’est parce qu’il sait que nous avons des choses à partager, des connaissances à échanger et qu’il est persuadé que notre présence sera bénéfique pour ses enfants.

“Avez-vous lu les règles de ma maison ?” Le code familial est strict, et Begz semble mettre un point d’honneur à ce que ses hôtes n’y dérogent pas. Nous acquiesçons. Une fois passé le seuil de la yourte, ces règles de vie prennent tout leur sens. Nous découvrons un foyer familial où chaque meuble, chaque élément aide à définir les espaces.

Traditions mongoles sous la yourte
Mungun Soymbo, son épouse, nous accueille. Elle s’assure que nous laissons bien nos chaussures dans l’entrée que nous devons enjamber avec agilité pour enfiler les sandales qu’elle nous présente. Émerveillés, nous observons la yourte s’animer ; les enfants se défont de leurs cartables et de leurs vêtements d’hiver, et s’installent rapidement dans leur univers tandis que Mungun Soymbo se rassoit près du poêle. Begz nous invite à nous asseoir sur un tapis de feutre. Tandis que Manajin, la plus grande des quatre enfants, nous apporte une tasse de thé, nous tendons l’oreille. Begz nous présente sa ludothèque, nous parle du projet familial. En quelques minutes, la table se remplit de jeux traditionnels, de casse-tête, de jeux originaux venus du monde entier, sous nos yeux éblouis.

Il nous explique : “Il y a quelques années, je ne connaissais que les “ankle bones”. En 2005, je me suis rendu au Danemark et j’ai découvert toutes sortes de jeux extraordinaires. J’ai aussitôt pensé à ma famille, à ma ville, à mon pays qui méritaient d’en découvrir autant.
À cette époque, j’ai ramené deux casse-tête en bois, les deux seuls que vous pourrez trouver aujourd’hui en Mongolie. L’un se trouve chez moi, l’autre au musée national d’Oulan-Bator.

[...]

Retrouvez l'article en intégralité dans Globe-trotters Magazine n°155.