Dans votre Globe-trotters n°184
un tour du monde à bicyclette : Le voyage intérieur
En Australie avec Dominique et Michel Gony (31)
Dans votre Globe-trotters n°184
Un monde en patrimoine : l'Outback
En Australie avec Thibaut Foucquart et Cannelle Bruschini
Dans votre Globe-trotters n°184
Les aVANtures d’Aubin et Hélène
L'Asie en van avec Aubin et Hélène Autret
Dans votre Globe-trotters n°184
Fabuleuse Islande
Portfolio de Marion Staderoli (13)

L’Irlande en prenant son temps !

Une balade autour de l’île, une immersion dans la douceur de vivre irlandaise, son histoire et ses paysages spectaculaires.

Certains voyageurs pensent pouvoir visiter l’Irlande en moins d’une semaine, quel dommage ! L’Irlande se déguste comme une Guinness : sa couleur guère engageante et la première gorgée, un peu âpre, nous font hésiter à continuer l’expérience. Mais si on insiste, souvent en bonne compagnie, on découvre des saveurs nouvelles, un caractère bien trempé, une chaleur conviviale et à la fin de la pinte…on en recommande une autre !

Ainsi, voyager en Irlande, c’est prendre son temps : ne pas s’arrêter au premier crachin, ne pas renoncer au premier virage, ne pas refuser de partager un coin de comptoir avec des inconnus qui ne sont jamais que des amis que l’on ne connaît pas encore, bref ne pas passer à côté de la douceur de vivre irlandaise.


En voiture et B&B au printemps… À mon avis, le mieux est de louer une voiture sur place (et avec un rachat de franchise pour éviter les mauvaises surprises si un trottoir ou un rondpoint vous saute sur les jantes). Ainsi, le volant du bon côté de la route, on prend tout naturellement l’habitude de rouler à gauche… après une petite période d’initiation pour passer les vitesses de la main gauche et éviter de démarrer en quatrième ! Une fois habitué, à vous l’évasion sur les petites routes tortueuses bordées de murs végétaux et si étroites que le dépassement est quasiment impossible, sauf pour les autochtones.

L’Irlande se prête mal aux cyclistes et aux motards, peu nombreux d’ailleurs : pluie, vent, routes étroites qui les rendent dangereuses.

Même constat pour les camping-cars trop grands, certaines routes leur sont interdites.

Pas mieux pour les marcheurs : bien qu’il existe une trentaine de sentiers “GR”, ceux-ci empruntent souvent les routes. Il faut dire aussi qu’ici les propriétés privées règnent en maîtres : quasiment pas de terrains communaux ou publics, le barbelé est le roi, les tourbières et les larges fossés sont ses alliés. Très difficile de “couper” à travers la campagne.

Alors, ne soyez pas chagrinés de prendre la voiture et consolez-vous : de très belles balades vous attendent malgré tout. Et ne vous laissez pas décourager par les esprits chagrins qui prétendent qu’il pleut tout le temps en Irlande…

C’est le cas seulement quand le soleil ne brille pas ! Et quelles lumières somptueuses offre ce pays magique qui sait si bien alterner tous les climats dans la même heure !

Pour l’hébergement, choisissez les chaleureux Bed&Breakfast, aux petits-déjeuners généreux.

Le camping est assez répandu, on peut même planter (solidement) sa tente un peu partout à condition de demander l’autorisation au propriétaire.

Enfin la plus belle période reste le printemps : somptuosité des rhododendrons en fleurs, qui, ici, sont de vrais arbres, majesté des fuchsias bordant les petites routes, féérie des prairies vert tendre constellées de fleurs multicolores.

[...]

Retrouvez l'article en intégralité dans Globe-trotters Magazine n°159.